Remplir un semis surélevé

Marche à suivre pas à pas

Si vous aimez vous adonner au plaisir du jardinage mais que votre dos vous interdit de trop vous baisser, un semis surélevé vous sera d’un grand secours. En effet, sa hauteur vous permettra de vous occuper des plantes sans devoir passer des heures le dos courbé. Lisez ce qui suit pour savoir quand et comment aménager votre semis surélevé et apprendre quelles plantes choisir.

Niveau: Débutant

1. Le printemps et l’automne sont les meilleures périodes d‘aménagement

  •  

     

     

    Pour aménager un potager surélevé, vous avez besoin de différentes matières organiques, comme par ex. des déchets verts très riches en nutriments et disponibles pendant ces deux périodes. Ce mode de culture est non seulement écologique mais également économique.

    Pour commencer, il faudra construire le cadre de votre bac surélevé. Pour ce faire, vous pouvez utiliser du bois, de la pierre ou du métal. Chaque matériau a ses avantages mais aussi ses inconvénients: le bois est facile à travailler et très élégant mais nécessite un traitement par imprégnation contre les moisissures. La pierre quant à elle a besoin d’un socle de ciment mais donne un aspect très nature à votre bac de semis – notamment s’il s’agit de pierre naturelle. Le métal a l’avantage d’être très résistant mais n’a pas les propriétés idéales pour un bac à semis (isolation et conduction de la chaleur). En général, les températures d’un semis surélevé sont toujours plus élevées que celle d’un potager à même le sol – jusqu’à 5°C. C’est pour cette raison que vous pouvez jardiner en hauteur jusque tard en automne. De plus, grâce au microclimat qui y règne, les fruits et les légumes y poussent plus vite – et laissent vite la place aux prochains semis...

  • 2. Comment bâtir un semis surélevé?

     

     

     

    Qui veut installer un semis surélevé devient provisoirement un travailleur à la chaîne car ce type de semis se compose d’un enchaînement de couches successives favorisant une décomposition optimale. Toutes les couches doivent être environ de la même hauteur. Ensemble, elles atteignent en moyenne une hauteur de 80 cm, certains bacs sont plus bas par ex. 30 cm pour les pommes de terre ou 50 cm pour les roses, d’autres, par contre, doivent être plus élevés par ex. 100 cm pour les fraises. Vous jardinez ainsi en hauteur comme sur une table, ce qui vous évite mal de dos et tour de reins. Pour permettre un confort maximum, la largeur du bac ne doit pas être supérieure à 130 cm – il est ainsi possible d’atteindre le milieu de tous les côtés sans problème. Quant à sa longueur, elle dépend de la place dont vous disposez et de vos goûts; vous pouvez choisir, par exemple, de disposer plusieurs bacs pour former un ensemble.

  • 3. Les différentes couches d’un bac à semis surélevé

     

     

     

    Afin de protéger les légumes, les fruits ou les plantes d’ornement de votre bac des campagnols, des taupes et des escargots, étalez du grillage au fond de votre bac. Revêtez les parois de votre bac d’un film alvéolé pour le protéger contre l‘humidité. C’est maintenant le moment de le remplir. Pour construire un bac à semis surélevé, vous allez de bas en haut du matériau le plus grossier au matériau le plus fin – couche après couche. La couche la plus basse est composée de bois mort (branchages et menu bois) qui assure une bonne aération et une décomposition homogène du substrat et évite la moisissure. Afin que les petites particules des couches supérieures ne s’échappent vers les couches profondes, vous devez disposer ensuite des plaques herbeuses avec les racines vers le haut. Vous pouvez aussi utiliser de l’herbe coupée, de la paille, de la litière animale ou du carton-pâte. Tassez ensuite vigoureusement puis étalez les branchages coupés, les feuilles et les autres déchets verts, ces derniers pouvant être mouillés ou humides. Vous pouvez maintenant rajouter une couche de terre et de compost. Seule la dernière couche de votre bac doit comporter du terreau de bonne qualité. La terre de mauvaise qualité forme des mottes et peut endommager les racines.

  • 4. Astuces pour la plantation

     

     

     

    Certaines espèces de plantes se prêtent parfaitement à la plantation en bac. En effet, les différentes couches de ce type de semis sont riches en éléments nutritifs essentiels aux plantes à forts besoins nutritifs comme les choux, les poireaux et les céleris mai aussi d’autres plantes telles que les courgettes, les concombres, les carottes, les haricots nains ou mangetout, les pois mangetout et les tomates. Vous devez planter ce types de légumes exclusivement les deux premières années et veillez à un mélange de culture équilibré. En effet, chacune de ces plantes puise dans la terre des éléments nutritifs spécifiques en restituant aussi chacune des éléments différents au substrat. Nous vous conseillons de planter des herbes aromatiques entre les légumes – leurs odeurs éloignant efficacement les parasites.

    Les années suivantes, vous pouvez aussi planter des légumes peu exigeants en nutriments tels que les épinards et la salade. Si vous les plantiez avant, ils produiraient trop de nitrate. Pour la plantation des salades, prenez en compte les besoins des différentes espèces: vous pouvez planter les salades de printemps dans des bacs surélevés à partir de la mi-mars et les salades d’été à partir de la mi-mai. Concernant les salades d’automne, vous devrez attendre jusqu’en fin juillet.

    Qui ne veut pas de potager dans son bac à semis peut aussi planter des fleurs ou d’autres plantes ornementales. Un jardin d’ornement est souvent plus simple à entretenir qu’un jardin potager. Il faut cependant respecter une règle générale importante: ne jamais planter par temps trop humide ou trop froid. Pour les fleurs aussi, il existe la même distinction entre plantes à fort et à faible besoins nutritifs. Les géraniums, les chrysanthèmes, les tournesols et les tulipes comptent parmi les fleurs que vous pouvez planter dès la première année. Par contre, plantez les azalées, les bégonias, les pensées, les primevères et les pétunias de préférence les années suivantes.

  • 5. Entretien d’un semis surélevé

     

     

     

    Etant donné que les températures des bacs surélevés sont en moyenne de quelques degrés plus élevées que dans le sol, le substrat se dessèche plus vite. Par conséquent, vous devez arroser régulièrement et abondamment – notamment les jours de chaleur en été. Pour éviter ce phénomène, vous pouvez aussi couvrir le bac de non tissé, de paillis, de feuilles de chou-rave ou de rhubarbe. Par contre, inutile de fertiliser, l’apport nutritif est optimal et les plantes s’épanouissent sans aide extérieure. Avec le temps, les couches s’affaissent légèrement en raison du processus de décomposition. Au printemps avant de faire vos premières plantations, enlevez une fine couche de terre en surface et remplacez-la par du terreau.

    Astuce:

    À la place d’utiliser du paillis ou du non-tissé pour protéger votre semis du froid, des précipitations et de la gelée, utilisez de préférence un toit en verre acrylique.

    Dans ces conditions, les oignons et les tubercules poussent particulièrement bien en hiver. Au printemps, vous pourrez ainsi commencer vos plantations plus tôt.

    Ne pas retourner ni bêcher la terre de votre bac – cela n’aurait pour effet que de détruire les couches. Après six ans en moyenne, les bacs surélevés ont cependant toujours besoin d’une rénovation radicale. Si votre bac est en bois, vous devez vérifier soigneusement si le matériau de construction est encore stable et en bon état. Si vous détectez des endroits pourris ou vermoulus, vous devez bâtir un nouveau bac. Après 6 ans, vous devez dans tous les cas remplacer les matériaux de remplissage pour garantir de bonnes cultures. Procédez exactement de la même manière que la première fois. Ne jetez en aucun cas le substrat de votre bac, il sera un excellent humus pour amender la terre de votre jardin.